Art & Culture // Rencontres

Rencontre avec SIAM à Roubaix

31 mai 2017 //

À l’occasion de ma venue à Roubaix pour visiter l’exposition "Street Generation(s)" à la Condition Publique, rencontre avec Siam, un des graffeurs de la ville. J’ai fait sa connaissance au château de Label Valette et je l’ai revu à Vitry-sur-Seine récemment quand il a fêté ses "18 piges". Il a très gentiment accepté de me guider dans sa ville.

J’ai fait la connaissance de Siam au château de Label Valette et je l’ai revu à Vitry-sur-Seine récemment quand il a fêté ses "18 piges". C’est un artiste au talent très prometteur. Son geste est sûr, sa pensée est très élaborée.

Siam est un amoureux. Amoureux du dessin. Amoureux de Roubaix. Ce n’est pas sa ville, mais c’est devenu celle de son cœur et son terrain d’expression favori. Il n’a pas résisté au charme des hautes cheminées de briques, des immeubles aux étonnantes façades pourpres. Un régal architectural. Autrefois capitale mondiale de l’industrie textile, Roubaix garde de son passé prestigieux des vestiges à couper le souffle. Aujourd’hui, hélas, la réalité est différente : 45 % de sa population vit sous le seuil de pauvreté. Malgré tout, en se baladant dans Roubaix avec Siam, on ne peut s’empêcher de tomber sous son charme. Mais où sont les graffitis ?

L’exposition de la Condition publique "Street Génération(s)" glorifie le graffiti mais dans la ville, hormis quelques lieux, le graffiti s’y exprime uniquement en mode vandale. La devise de Roubaix pourrait être : "Le graffiti c’est super...! chez les autres" !

Siam est aussi amoureux du royaume de... Siam ! C’est en effet l’ancien royaume de Thaïlande qui lui a inspiré son blaze. Pas étonnant alors que beaucoup de ses fresques représentent des éléphants. Mais pourquoi ce choix ? "Le soir, me raconte le graffeur, ma mère me racontait des histoires pour m’endormir, et elle me parlait souvent d’un éléphant qui s’appelait Siam". Ainsi naissent les blazes...

L’éléphant, contrairement à son apparence, est d’une agilité incroyable. Et Siam, de ce point de vue, tient assez de cet animal même s’il n’en a pas tout à fait la corpulence...! Il se déplace dans sa ville avec aisance, rapidité, détermination, laissant partout des traces de son passage. En mode vandale, bien obligé, la ville n’organise pas vraiment de lieux d’expression.

Il doit beaucoup à ses deux mentors : Remon, qui l’a initié au graffiti à Roubaix, et Bebar, rencontré en région parisienne, avec qui il crée de nombreuses fresques notamment à Vitry-sur-Seine au sein de la crew NSK.

Un grand merci à lui pour la visite guidée !

1 | 2


SIAM dans la ville

Les graffitis dans la ville

1 | 2

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur Facebook :

Dans la même catégorie

Série suivante >>


Dans l’univers de Fyrze Onerock

18 septembre 2017

L’atelier de Fyrze Onerock est à l’écart d’un village, près d’Arpajon (91), dans un groupe de petits bâtiments d’artisan. Autrefois, c’était un atelier de tapissier. C’est aujourd’hui le lieu où il crée, et où il vit aussi.

Voir